Exit
Contact us

Get your own picture next to your comment with a Gravatar account

Exit
Porchez-henderson-big

Entretien avec Jean François Porchez

Après une formation de graphiste durant laquelle il s’intéressa à la création de caractères, Jean François Porchez a travaillé comme créateur et conseiller typographique chez Dragon Rouge.

En 1994, il créé le nouveau caractère du journal Le Monde. Aujourd’hui, il conçoit des caractères spécifiques pour le Baltimore Sun, Beyoncé Knowles, le Boston Consulting Group, les croisières Costa, France Télécom, Peugeot, la RATP et assure également par ce biais la distribution internationale de ses caractères via son site web typofonderie.com.



Pourquoi vous êtes vous tourné vers la typo, plutôt qu'une autre discipline ?


Ronan Le Henaff a été mon professeur de calligraphie latine en première année de l'Emsat (1987). J'ai découvert la typo avec lui. Avant ces études de graphismes, je ne connaissais rien au graphisme ni typographie-calligraphie. J'avais quitté l'école en terminale quelques mois avant le bac et travaillé comme vendeur à la Fnac.

Durant l'année passée à l'Imprimerie nationale (1990), ou j'ai rien appris, j'ai passé une semaine au Scriptorium de Toulouse, j'y ai entamé mon caractère Apolline (voir ci-dessus).

Quel a été votre projet le plus intéressant ? Pourquoi ?


Souvent le dernier en date. La famille Henderson (Serif et Sans), pas encore terminée. Basé sur le Baskerville, c'est une famille pour le Boston Consulting Group.

La caractéristique principale du Henderson Serif c'est que les proportions sont établies sur la chasse et hauteurs (oeil, capitales) de l'Arial. Le contraste est réduit (en comparaison aux Baskervilles numériques) pour optimiser la lecture en corps de texte.


Les caractères de texte historiques comme le Baskerville sont dotés d’une hauteur d’œil assez petite (hauteur des minuscules comme les a, e, n) alors qu’il est courant de trouver des caractères sans empattements avec un très gros œil comme l’Arial, employé dans de nombreuses sociétés à travers le monde.

Pour une meilleure cohérence visuelle d’une famille avec et sans empattements, il semble plus approprié de conserver l’Arial comme référence, du simple fait de sa capacité d’être facilement et quotidiennement employée à l’écran et en usage bureautique.


Le Henderson Sans et l’Arial partagent aussi des proportions verticales similaires.Il en est de même pour la chasse des textes, malgré un dessin et une structure différente.

Basé sur le Henderson Serif, lui-même basé sur le Baskerville, le Henderson Sans pourrait être défini comme un Sanserif de transition, une sorte de réale, à mi-chemin entre les Sanserif humanistiques, comme les Gill Sans, et les Sanserif grotesques, comme les Helvetica où Arial.


Le Henderson Sans reste proche de l’Arial, dans le sens ou il est historiquement d’un style précurseur à ce dernier. Sa structure globale est modulée, ses terminaisons ne sont pas encore stabilisées quand son dessin l’est déjà.

C'est un nouveau genre en création de caractères…

Chaque version, avec et sans empattements, est construite sur une structure commune et des proportions similaires pour être échangé à n’importe quel moment, sans effets majeurs sur la mise en page et les corps spécifiés.



Une de vos typo les plus connues est Parisine en 1999, puis Parisine Plus en 2006. Qu'avez-vous voulu exprimer à travers cette police ?

Le Parisine en Bold et Bold Italique a été conçu en 1996 pour la signalétique de la RATP. Le reste des graisses sont apparues en 1999, ainsi que le Parisine Plus. Le Parisine Office a été conçu en 2005 pour la communication interne et externe de la ratp. En 2006, ce sont les versions OpenType des 2 premiers (Parisine et Parisine Plus) qui ont été proposées.

 

Lorsque le Parisine tente d’exprimer une certaine neutralité (terme très relatif), le Parisine Plus – précurseur dans la matière, il date de 1999 – se prend au jeu des contrastes avec ses variantes et ligatures pas si courantes dans une famille sans empattements.

Les jeux de styles (stylistic sets) offrent de nombreuses combinaisons plus accessibles en 2006, qu'avec les fontes Alternates de 1999, allant du plus simple aux extrêmes, permettant la composition de textes « colorés » selon le contexte d’usage :


  • Signes fantaisies optionnels;
  • Ligatures fantaisies et peu courantes (les usuels fi, st sont accessibles
    via les options ligatures et ligatures spéciales).
  • Signes formels optionnels.
  • a–a de substitution.

Le Parisine Plus PTF permet de changer radicalement la couleur typographique d'un texte donné.

Sobre et fonctionnel, le Parisine PTF a été conçu pour répondre au départ à un besoin bien spécifique: la signalétique. Par la suite, il a été employé pour de la cartographie à la RATP et pour le reste des applications également. Le Parisine est économique, se veut lisible en petit-corps comme en signalétique.

Le Parisine n'est pas conçu comme les caractères sans empattements habituels: les terminaisons (e, a, c, s, etc.) changent d'ouverture en fonction de la graisse.

L’une des caractéristiques du Parisine original était notamment ses ligatures de f dessinées déconnectées pour assurer une parfaite lisiblité des textes à lire en signalétique (et donc à voir), où l’usage des ligatures traditionnellement attachées n’était pas adapté.


Le jeu de style 3 (stylistic sets) transforme les ligatures de f déconnectées en ligatures traditionnelles attachées plus adaptés aux travaux graphiques courant. Grace aux variantes contextuelles, un f court se positionnera automatiquement en remplacement du f standard devant certains glyphes comme le ì.

En plus des petites capitales présentes dans toutes les graisses, quatre jeux de chiffres ont été incorporés: des versions standard (Lining figures), puis minuscules (Old style figures), en chasse tabulaire ou non selon les versions.

Les minuscules supérieures ainsi que les séries de chiffres nécessaires aux fractions automatisées sont également présentes. Via les variantes contextuelles, la saisie de « espace-tiret moyen-espace » est remplacé par un tiret moyen et ses fines adjacentes.


Ces derniers jeux de styles sont également communs :

  • Jeu de c cédilles déconnectées;
  • Flèches en positions A– a à H–h (pour rendre plus aisé, l’emploi de feuilles de style).

Chaque membre de la famille OpenType est composé de plus de 700 à 1 000 glyphes, 25 000 à 40 000 paires de kernings.

Pour parachever la compatibilité multi-plateformes, les Parisine PTF s’inscrivent dans la logique initiale en se séparant en sous-familles : Clair, Standard et Sombre; chacune ayant quatre fontes (romain, italique, gras et gras italique).

Voyez cette page pour plus de détails à propos de la génese du Parisine: http://www.typofonderie.com/gazette/articles/parisine/?lang=fr



Comment se passe la construction de vos caractères ? Pouvez vous expliquer le processus de création, de la phase de recherche à la finalisation ?

Généralement, je conçois mes caractères en fonction d'un cahier des charges, établi au départ avec le client. Pour dire vrai, j'aide beaucoup mon client à construire son brief. Il est clair que mon expérience pédagogique m'est précieuse.

Je dessine tout sur écran en courbes de Béziers, très peu d'impression papier durant le processus de création. Les impressions papier servent surtout pour le contrôle des approches et approches de paires.

Quelques jours suffisent à concevoir les abécédaires de base d'un caractère, mais il faut généralement quelques mois pour mener à bien un famille comme l'Henderson:

  • 4 séries en Serif
  • 4 séries en Sans

le tout mené en 5-6 mois environ pour 725 glyphes par graisse… et un affichage écran optimisé pour le ClearType.



Que pensez vous du monde de la typographie en France ?


La création de caractères de porte bien pour un pays qui n'a pas eu d'industrie dans ce domaine depuis les années 50-60.

C'est que nous avons de bonnes formations, comme le DSAA création typographique à l'école Estienne, le Scriptorium de Toulouse (fermé depuis peu) ainsi que les associations de calligraphies qui ont, avec l'arrivée du web, permis l'émergence de nombreux talents reconnus à l'étranger, sans doute pas assez en France?



Aujourd'hui le langage est en pleine mutation, notamment grâce aux nouvelles technologies.
Pensez vous que la typographie va suivre cette évolution, en s'adaptant, et pourquoi pas en inventant de nouveaux caractères ?


L'histoire de la composition typographique automatisée, de l'informatique, nous a montré que les technologies s'adaptent a l'homme et son histoire, ses pratiques, pas l'inverse. C'est une question de temps.

Rappelez vous des premiers ordinateurs employant qu'un caractère monospace (courrier et autre) en ASCII (pas d'accents, ni rien d'autre), des machines Linotypes qui obligeaient à concevoir un italique et gras de la même chasse que le romain, des fontes PostScript qui n'offraient pas autre chose que 2 ligatures de base, des fontes Bitmap en un corps unique, etc.

Depuis, nous sommes capable de composer nos échanges quotidiens avec les fonctions OpenType activés dans iChat !

Les signes alphabétiques existent depuis des milliers d'années, c'est pas les sms qui les changeront ! ce n'est pas les délires du Bauhaus n'ont plus, qui ne voulait plus de capitales, etc.

Nos ordinateurs et l'Unicode supportent de plus en plus de langages, de systèmes d'écritures oubliés sur cette terre, et ça c'est l'avenir :la reconnaissance des différentes cultures ancestrales.



Quelques références, typographes ou graphistes, que vous admirez pour leur travail ?


Créateurs de caractères :


Graphistes :



Expression libre, si vous avez quelque chose à ajouter !


Votez aux prochaines élections en restant critiques aux programmes proposés par les candidats, laissez de côté vos intérêts personnels, pensez la communauté dans son ensemble.

Ne vous faites pas avoir par les petites phrases à effet, à la couleur de la cravate ou du chemisier. Vous n'élisez pas une personne pour son look et ses phrases mais pour son programme.



Porchez-apolline-big Henderson-arial-big Henderson-avant-apres-big Henderson-sans-big Parisine-boulot-big Parisine-metro-big Parisine-mix-big

Publié le 15/02/2007


3 comments add yours
  • Picture of totoalaplage

    totoalaplage
    6 July

    j'aime bien lire des interviews de typographes, de surcroît quand ils furent mes professeurs... :-)

  • Picture of .ritier

    .ritier
    6 July

    Merci beaucoup ;)

  • Picture of Loïc

    Loïc
    6 July

    Beber arrête la frime et va bosser ;)

Post a comment

Get your own picture next to your comment with a Gravatar account

WC Fonts
Wash Design