Exit
Contact us

Get your own picture next to your comment with a Gravatar account

Exit
Interview-boton

Entretien avec Albert Boton

Dans les années 50, Albert Boton s'est vu enseigner par son père le métier de menuisier ébéniste pendant quatre ans. Un métier physique nécessitant un savoir du tracé, une connaissance des essences et des styles.

Mais Albert Boton préféra le dessin et la lettre, même s'il garde de l'atelier paternel le plaisir de la finition à la main et du travail bien fait. Véritable artisan de la lettre, on lui doit des caractères internationaux tel que l'«Eras», mais aussi de très beaux logotypes comme Lesieur, Lancel ou encore Christian Dior.

Albert Boton a accepté de répondre à mes questions avec gentillesse et précision. Retour sur son parcours, l'appel sous les drapeaux de l'armée française, l'enseignement de la typographie à l'ENSAD et la direction artistique chez Carré Noir.


Albert Boton - Calligraphie / Dessin de lettre


Le savoir faire

A l'époque de son apprentissage du métier de menuisier ébéniste, les outils électriques d'établis n'existaient pas. Bien qu'extenuant, le travail était réalisé entièrement à la main. Le contact de la paume de la main sur la surface noble qu'est le bois était le seul garant d'une bonne finition.

Ce souci de perfection, Albert Boton l'a conservé tout au long de sa carrière : la main doit garder une importance dans le travail et l'ordinateur ne peut la substituer.


Exemple de caligraphie / Albert Boton


Bien loin d'être contre le progrès informatique, Albert Boton concède que l'ordinateur permet de travailler de façon rapide et précise, mais qu'il a pourtant fait disparaître dans le monde de la communication toute une série de spécialisations (roughmans, maquettistes...) et surtout le respect du client qui reçoit aujourd'hui un simple CD au lieu d'un document fait main.

NDLA : J'ai d'ailleurs été particulièrement surpris lors de la réception du courrier d'Albert Boton, qui avait apporté un soin tout particulier aux documents fournis (dossier complets, CD-ROM et images imprimées sur papier photo).

J'ai pu admirer son talent de calligraphe sur l'écriture de l'adresse : un trait fin et de toute beauté. Ces attentions apportent un réel respect et sont tout à fait honorables. Merci encore !


My Sin : Lanvin, 2001


A travers ce désir de travail manuel se ressent une façon particulière de concevoir les métiers de la création. Beaucoup de choses ont été créés durant le siècle dernier, beaucoup d'évolutions techniques ont aidé les créateurs à se libérer et fait évoluer les mentalités, mais malgrés toutes ces avancées l'homme doit cultiver son savoir faire, ses connaissances.

Le passé est d'une extrème richesse, la typographie est reliée à l'histoire et ne pas s'en occuper aujourd'hui pour cause d'ordinateur est une grave erreur. Un message à la jeune génération.

Cette conception de la typographie sera d'ailleur une des lignes directrice de l'enseignement d'Albert Boton aux Arts Déco.


Albert Boton - Caractères - Carte de voeux


Apprendre la typographie

L'enseignement de la typographie est peu fréquent dans les écoles, qui ne prennent pas en considération cette discipline supposée austère. Le signe typographique s'est tellement banalisé qu'on ne le voit plus.

Pourtant, que quel que soit la nature des mises en pages, l'élément de base reste toujours la lettre. Pourquoi la formation du graphiste ne commencerait-elle pas par là ? C'est ainsi que dès 1968 à l'ENSAD puis en 1988 à l'ANCT, Albert Boton enseigne la calligraphie et le dessin de lettre.


Albert Boton - Cellini Book


Il concède volontier que lors de ses cours il lui était difficile d'empêcher les élèves de se précipiter sur l'ordinateur. Afin que la main garde son importance dans la typographie, il exigeait donc un réel travail de réflexion sous forme de rough ou de papier découpé ; ensuite seulement ces recherches pouvaient être traduite sur l'écran.

Première approche de la typographie

A l'ENSAD, les cours de calligraphie d'Albert Boton débutaient par la maîtrise de la verticale et de l'espacement, tracé soit au crayon soit avec une plume plate mais sans exercer de pression. Une fois cette étape à peu près en place, le même travail était abordé sur un modèle de capitale Humane, avec cette fois le respect de la pression et de la forme.

Cette première approche est très importante et nécéssite au début beaucoup de tenacité et d'entraînement. Tous les élève étaient bien entendu vivement encouragés à continuer les exercices calligraphiques en dehors du cours.

Premiers essais calligraphiques : un travail ou les filles étaient en général beaucoup plus consciencieuses que les garcons.

Les effets d'optique

Le blanc est en typographie d'une grande importance : c'est le noir qui est visible ; c'est le blanc qui le rend lisible.

Notre oeil ne nous donne pas une vision exacte de ce que nous voyons. En effet, si nous fixons notre intérêt sur une forme simple et géométrique comme le carré, nous constations que nous le percevons légèrement rectangulaire dans le sens de la hauteur.

Cette particularité se confirme en observant le tracé d'un ET dont l'épaisseur est identique ; la partie verticale semble étroite alors que les horizontales semblent plus épaisses.


Le tracé d'un ET comporte un effet d'optique.


Les approches

Albert Boton insiste sur l'importance du blanc, qui va réellement mettre en valeur la partie imprimée, le noir étant simplement la partie visible du texte.

Car avant tout, la mise en page garde pour objectif de diffuser une information claire et lisible. Le plus beau des caractères mal mis en page, mal interligné, devient peu agréable à lire, voire illisible. C'est pourquoi lors de son enseignement, Albert Boton donnait un certain nombre de règles :


  • Le nombre de signe doit être limité idéalement à 50 ou 60 signes par ligne
  • L'interlettrage doit être jugé par rapport à la graisse utilisée : plus celle-ci est légère, plus les signes devront être espacés
  • L'inter-mot doit être équilibré pour une lecture optimale : trop de blanc et la lecture est hachée, pas assez de blanc et la lecture devient fatiguante.
  • L'interlignage doit être suffisament important pour ne pas écraser la ligne. Certains caractères ont un oeil de bas de casse plus ou moins haut par rapport à la hauteur des capitales ; compte tenu de la place disponible en nombre de pages et de l'importance des marges, il conviendra de rajouter deux ou trois points d'interlignage pour « aérer » la lecture.

Le problème des approches est différent lorsque l'on travaille sur du gros corps où l'on pourra prévoir des approches plus serrées, l'importance étant de jouer sur la puissance pour être perçu de loin.

L'un des rôles premier du dessinateur de lettre est d'assurer des approches cohérentes entre les signes. Les capitales présentent plus de contraintes que les bas-de-casse.


Exemple d'approches sur différents corps


Les signes de base

Albert Boton confie qu'il a toujours eu un immense plaisir à dessiner à la main les signes de base, surtout lorsqu'il s'agit de scriptes qui ne peuvent se concevoir à l'écran. Pour ce travail, il a sa méthode en quelques étapes :


  • Calligraphie sur support plus ou moins absorbant, avec un plume plate, un feutre, ou tout autre outil
  • Sélection des signes « bien venus »
  • Agrandissement en photocopie à la taille du travail
  • Dessin sur polymat au Rotring chargé à l'encre film et feutre Posca. Polissage des courbes au grattoir
  • Scan
  • Traduction au fil dans Streamline (NDLA : logiciel de vectorisation qui n'existe plus aujourd'hui, remplacé par Illustrator CS2)
  • Préparation des lettres sur Illustrator
  • Transfert du dessin sur Fontographer, les points de fixation sont mis sur les tangentes, les points en trop sont supprimés.

Lorsque le nombre de signe lui paraît suffisant, Albert Boton fait alors une mise en place des approches et juge des premières lettres de base comme les « n » les « i » et les « o ».

Il fait ensuite de même sur les capitales et optiens alors un gris lui permettant de confirmer sa démarche ou de la corriger si besoin.


Le dessin des signes typographiques de base


Le travail d'Albert Boton

Durant toute sa carrière, Albert Boton n'a eu de cesse de créer des typographies pour la plus part classiques, mais parfois aussi expérimentales comme l'alphabet FF Studio, créé un peu comme un divertissement directement sur l'écran.


L'alphabet FF Studio, créé par Albert Boton


Cet alphabet comporte des lettres rondes pour casser le rythme trop géométrique du reste des signes.

En 1970, Albert Boton créé chez Robert Delpire le « Black Boton », un dessin inspiré des années 30 développé pour le phototitrage d'Albert Hollenstein.


L'alphabet Black Boton, développé en 1970 chez Robert Delpire


L'alphabet Boton


Le « Boton » est une égyptienne (mécanne) créée en 1976 et développée pour Berthold en 1986. Peu utilisées en France les égyptiennes restent en retrait, le Boton ne faillit pas à la règle. Bien utilisé il est très éfficace tout en restant très classique.


ITC Eras

Bien entendu il n'était pas possible de parler d'Albert Boton sans évoquer son alphabet « phare » : l'Eras. Petit retour en arrière sur son parcours pour bien comprendre les sources de son inspiration.


L'alphabet ITC Eras, réalisé en 1962 avec Albert Hollenstein


En 1957, alors qu'il était en apprentissage chez Debery & Peignot, sous la direction d'Adrian Frutiger et Ladislas Mandel, Albert Boton est rappelé sous les drapeaux et envoyé en Algérie française.

Albert Boton parle de cet épisode avec un brin d'humour, se rappelant du voyage peu confortable à fond de cale dans le paquebot Pasteur. Mais sur place tout était différent.

Pendant ses quartiers libres, Albert Boton descendait de la montagne pour un repos de deux semaines à Tipaza : plage et visites des environs.

A l'époque les fouilles romaines de Tipaza étaient grandiose, et il avoue volontier avoir passé plus de temps dans ces lieux qu'au campement militaire.

Il a ramené de ce voyage des photos, des dessins, des frottis, et une fascination entière pour le savoir faire de ces gens-là, deux siècles avant J-C.

C'est d'après ses souvenirs de Tipaza, en créant de mémoire et d'émotion, qu'Albert Boton a commencé à dessiner l'Eras en 1962. La démarche plaisant à Albert Hollenstein, il lui proposa de le mettre à son catalogue de phototitrage naissant.

L'Eras n'existait à l'époque qu'en capitales, chiffres et ponctuations, mais suite à l'insistance de Gérard Blanchard, Albert Boton se mit à dessiner les bas-de-casses.

En 1965 Aaron Burns d'ITC demanda de céder l'Eras, mais complété par cinq séries. L'ITC Eras vu ainsi le jour et connu immédiatement un franc succès sur le marché américain.


Identité visuelle et typographie

La typographie fait partie à part entière du logotype, de part la forme des lettres et de l'esprit qu'elle dégage. Dans certains cas (les grandes marques en règle générales), un alphabet continuant la typographie du logo est dessiné par le typographe.

Durant son expérience de directeur artistique au sein de l'agence Carré Noir, Albert Boton a déssiné de nombreux alphabets et a réalisé des calligraphies somptueuses pour différents logotypes. Petit retour en image.


 

L'alphabet Lipton / Albert Boton


Références

Cet article a été rédigé grâce à la participation très sympathique d'Albert Boton. Il est en partie basé sur un article qu'il avait écrit pour la revue « Graphé » de son ami François Weill.

Merci beaucoup pour sa gentillesse et sa précision !

Alphabet-boton Anthology-oxygen-big Anthology-oxygen Approches-big Approches-typo Black-boton-bold Boton-calligraphie Boton-cerutti Boton-christian-dior Boton-christian-dior Boton-erato Boton-ff-studio Boton-lacoste Boton-lacoste Boton-lancel Boton-lancel Boton-lesieur Boton-lesieur Boton-lipton Boton-maif Calligraphie-lettre Caracteres Cellini-book Ensad-calligraphie Itc-eras Maif-noron My-sin-big My-sin Salle-pleyel Salle-pleyel

Publié le 03/05/2007


9 comments add yours
  • Picture of xunk

    xunk
    6 July

    le personnage (et l'article) sont très intéressants, merci !

  • Picture of QLoTé

    QLoTé
    6 July

    Merci c super

  • Picture of david

    david
    6 July

    Excellent article !

  • Picture of wilfried

    wilfried
    6 July

    Je connais quelqu'un a qui cela va plaire. Merci pour le travail de recherche, et le partage !
    L'ecriture pourrait sembler injustement si simple lorsque l'on ne s'y consacre pas. Alors que lorsqu'on là crée, c'est autant un metier que de l'art.

  • Picture of 5ive

    5ive
    6 July

    Super comme article.
    Vraiment très intéressant.

  • Picture of hicham

    hicham
    30 August

    un article superbe

  • Picture of jouachim

    jouachim
    7 November

    Je fût son élève à l'ENSAD, en calligraphie. C'est un grand amateur de cigare, et il est très doux.
    Lors des dix premières heures : nous dessinâmes des bâtons verticaux à la plume... Ensuite, dessin de lettre, onciales, ligatures... : un enchantement !
    Bref : un prof génial !

  • Picture of Xavier Bourdil

    Xavier Bourdil
    21 September

    Superbe article, très enrichissant.

  • Picture of Monsieur Deez

    Monsieur Deez
    21 September

    Yes, vraiment bien, merci Jérémie.

Post a comment

Get your own picture next to your comment with a Gravatar account

Atomike Studio / Portfolio de Mike Stefanini
I Am Always Hungry / IAAH